• Shury

ARTICLE - Offrir des cadeaux réemployés et assumés !

Donner une seconde vie aux vêtements et objets initialement destinés à la poubelle en les intégrant dans un nouveau cycle de consommation pour les revendre à des prix accessibles par tous : telle est la vocation de la Ressourcerie Créative. Installée depuis quelques semaines dans ses nouveaux locaux près du Carrefour d’Alésia, dans le 14e arrondissement de Paris, l’association participe à l’économie circulaire par la récupération, le recyclage et le réemploi de nos déchets, et devient un lieu de shopping social et solidaire. Reportage.

Par Elena Giannakou-Fèvre


Quelques affaires exposées sur le trottoir, devant la boutique, vendues à des prix très attractifs : six chaises de style néoclassique de salle à manger, un joli fauteuil rouge des années 50 (à rénover), un portant et deux mannequins arborant des tenues pailletées pour les fêtes. « L’occupation du trottoir est provisoire, nous explique Sabine Arrondelle, la fondatrice de la Ressourcerie Créative que nous visitons ce jeudi après-midi de mi-décembre. Nous avons eu une autorisation spéciale de la mairie du 14e arrondissement pour le mois de décembre, mais en janvier, il faudra tout débarrasser. C’est la grande différence avec le local que nous avions aux Grands-Voisins, où l’on disposait d’un espace extérieur pour exposer nos trésors… »


Une nouvelle aventure

Car depuis sa création, en 2015, et jusqu’à cet automne, la Ressourcerie Créative était déjà hébergée dans le 14e, aux Grands-Voisins, lieu solidaire, associatif et artistique occupant les anciens locaux de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, près du Port-Royal. La Mairie de Paris ayant l’ambition de transformer cet énorme espace en nouvel éco-quartier « zéro carbone, zéro déchet, zéro rejet », les Grands-Voisins ont dû malheureusement fermer leurs portes. Et la Ressourcerie s’est trouvée dans l’obligation de déménager. Pas trop loin de là cependant, au 95, avenue du Général-Leclerc, dans le quartier d’Alésia. « Ici, c’est différent, nous dit Sabine Arrondelle. Nous avons plus de 300 m2, sur deux niveaux. Au sous-sol, on stocke et on trie les affaires que nos donateurs nous apportent, et qui ensuite seront proposées à la vente au rez-de-chaussée. Notre local est moins grand que celui des Grands-Voisins, mais sa disposition tout en longueur nous permet d’exposer finalement beaucoup plus de choses. » (1)


Des habits jamais portés, des livres à 1€


Nous rentrons dans la boutique. Dans la première pièce, des appareils photos, des bijoux et des portants pleins à craquer. Vestes, manteaux, robes, pantalons… tout y est. Puis, un peu plus loin, des habits pour bébés et enfants, et des jouets. « Ce qui a surtout changé depuis notre réouverture, c’est la nature des dons : nous recevons plus de vêtements et moins de bibelots et de vaisselle qu’avant la Covid-19. Et tant mieux, parce que c’est cohérent avec la demande. Les habits, accessoires et linge de maison représentent plus de 50% de notre chiffre d’affaires, la vaisselle et les bibelots, 30%. » Effectivement, en avançant vers le fond, nous découvrons les rayons de vaisselle (en parfait état), petit électroménager, disques 33-tours, CD et DVD, petit mobilier… Et un grand espace consacré aux livres, tous rangés par ordre alphabétique et par genre, impeccablement conservés, vendus pour la plupart 1€. « La majorité des articles qui arrivent ici sont en excellent état, certains vêtements n’ont jamais été portés et ont même toujours l’étiquette du magasin, s’étonne Sabine. Il suffit juste de les nettoyer et de les mettre sur cintre. Nous sommes la démonstration parfaite d’une société de consommation, on se débarrasse de nos affaires non parce qu’elles sont abîmées ou cassées, mais parce qu’on n’en veut plus ou qu’on en a trop ! » La bonne nouvelle est que d’autres personnes peuvent ainsi les racheter sans se ruiner et en profiter.


Par François Grunberg


La prise de conscience


Après avoir longtemps exercé en agence de communication, Sabine Arrondelle a commencé à travailler pour l’agence locale de l’énergie du département de l’Essonne. C’est à ce moment-là qu’elle a eu l’idée de créer une ressourcerie créative et écoresponsable. « En informant le public sur les moyens pour faire des économies d’énergie et en étant en contact permanent avec les responsables du territoire et les syndicats des ordures ménagères, j’ai pris connaissance du réseau national des ressourceries. J’ai suivi une formation pour apprendre comment en créer une, le modèle économique m’a plu, et je me suis mise à réaliser mon projet. » Cinq ans plus tard, son association compte plus de 100 bénévoles et 8 salariés. Parmi ces derniers, quatre ont été embauchés en réinsertion après être sortis du marché de l’emploi, et une autre personne sans papiers grâce à la procédure de la régularisation par le travail (2). Pour tous, la Ressourcerie Créative est devenue une deuxième maison, chaleureuse et conviviale. Autour de nous cet après-midi, une quinzaine de ces salariés et bénévoles, toujours avec le sourire, s’activent, rangent et renseignent les clients venus dénicher des bonnes affaires à l’approche des fêtes.

« Nous espérons faire prendre conscience aux Parisiens qu’ils peuvent offrir pour ces fêtes de Noël et Nouvel An des cadeaux à tout petits prix et en réemploi : un joli bijou, un livre, un DVD, un disque…, nous dit Sabine en nous raccompagnant vers la sortie. Et parce que nous ne proposons que de la seconde main, faire ses courses à la Ressourcerie est un geste écologique, avec zéro bilan carbone, qui a un véritable sens social. » Et la fondatrice de l’association de conclure : « Notre message pour cette fin d’année si particulière ? “Offrez des cadeaux réemployés et assumés !” »

Message reçu.


• La Ressourcerie Créative, 95, avenue du Général-Leclerc, 75014 Paris. Du mardi au vendredi, de 13 heures à 19 heures. Samedi, de 11 heures à 19 heures. Ouverture exceptionnelle certains dimanches (voir sur le site de l’association). Dépôt des dons, du mardi au samedi, de 10 heures à 18 heures (possibilité de parking).

• Pour en savoir plus sur l’association, ses ateliers et différentes activités : https://www.laressourceriecreative.com

(1) L’association est en pourparlers avec la Mairie de Paris pour ouvrir un autre site au sein de la Cité universitaire internationale.

(2) Un travailleur étranger en situation irrégulière peut obtenir, par l’admission exceptionnelle au séjour, une carte de séjour salarié ou travailleur temporaire. Il s’agit de régularisations au cas par cas. L’étranger doit remplir des conditions d'ancienneté de séjour et de travail en France. Il doit déposer sa demande en préfecture.

Pour plus d’informations : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16053


Encadré

Quel bilan écologique ?

Les chiffres que la Ressourcerie Créative nous a communiqués sont encourageants et prometteurs.

Ainsi, en 2019 :

-Dons volontaires : 211 tonnes d’encombrants

-Collecte à domicile : 35 tonnes

-Collecte en entreprise : 4 tonnes

Total des dons et collectes : 250 tonnes

Sur les 250 tonnes d’encombrants collectés au total :

• 74% (soit les trois quarts) ont été revendus en boutique

• 4% (soit 10 tonnes) ont été donnés à des associations ou directement à des personnes dans le besoin.

= Taux de réemploi (hors recyclage) : 78%


19 vues0 commentaire

©2020 par LES MUSES DE PARIS - contactez-nous
 Mentions legales et RGPD