• Shury

RACONTE-NOUS - D'où vient Noël ?

Dernière mise à jour : 27 déc. 2020

Noël, ce bon vieux Père Noël avec sa barbe et son costume clinquant. La hotte remplie de cadeaux. Les cerfs qui tirent le traîneau. Noël, quelle fête ! Mais d’où nous vient-elle ? C’est dans l’Antiquité romaine que nous remontons, ici, pour parler des Saturnales.

Par Gwendoline STUMPH OUTHEY


Pour vous accompagner dans la lecture :

Groupe : Pentatonix


Qu’est-ce que les Saturnales ?


Chez les Romains, ils fêtaient le nouveau cycle de la Terre à cette période. Il faut savoir qu’en ce temps-là, il était plus courant de retrouver des calendriers en deux saisons : celle de la période de la renaissance avec le printemps et l’été, puis celle de la destruction avec l’automne et l’hiver. On peut retrouver cette idée de cycle dans beaucoup de cultures comme le Tao en Chine, par exemple.

Saturne est la divinité romaine qui s’apparente chez les Grecs à Chronos, dieu du temps et de la mort. Mais Saturne représente, lui, plutôt la destruction et la renaissance. Les Saturnales entourent le Solstice d’hiver, la nuit la plus longue de l’année. Cette nuit est donc la représentation naturelle du moment où la Terre accomplit son achèvement pour une renaissance. Le dieu et sa symbolique détermine donc le nom de ses fêtes.


Cette période hivernale compte parmi les plus froides entraînant un ralentissement des activités économiques et par conséquent, une augmentation de rites et de célébrations.


Quand se déroulent les Saturnales ?


Les premières Saturnales sont établies le 17 décembre, date à laquelle les Romains organisaient une cérémonie au temple du dieu. Cependant, lors de la réforme calendaire par Jules César en 45 av. J.-C. – où il ajouta deux jours supplémentaires dans le mois – les Saturnales furent déplacées au 19 décembre. Dans un premier temps, les Romains, ne sachant pas quelle date choisir, étendirent la fête à trois jours ; soit les 17, 18 et 19. Au fil des années, la durée de la fête s’allongea. C’est donc sous l’empereur Dioclétien (244-212) que les Saturnales se déroulèrent sur une semaine entière, achevant celles-ci le 24 décembre.

Sceaux et cachets en terre


Ce jour du 24, une fête était particulièrement attendue : La Fête des Sigillaires. Ce nom vient du mot latin “sigillum” qui signifie “sceaux”. Lors de cette fête, les personnes s’échangeaient des sceaux ou des cachets de terre. Ils étaient principalement destinés aux enfants. Ce dernier jour était aussi connu pour l’organisation de festins organisés dans des maisons décorées de plantes vertes. Tout cela n’est pas sans rappeler notre Noël.


Pour aller plus loin, nous pouvons ajouter le 25 décembre. En effet, même si le 24 décembre annonçait la fin des festivités des Saturnales, le 25 annonce le renouveau. Ce jour-là, les Romains fêtaient le Sol Invictus, c'est-à-dire le “soleil invaincu”. Le solstice d’hiver – la nuit la plus longue – était passé. Ce jour est donc connu comme le Dies natalis solis invicti : “Jour de naissance du Soleil Invaincu”. Pourquoi cette expression ? Eh bien simplement pour fêter la victoire du soleil sur ce jour sombre.




Pour la petite anecdote, Macrobe - un écrivain, philosophe, philologue latin – ajoute un autre aspect religieux à ce jour. Dans le Saturnaliorum Libri Septem, il écrit qu’il y a un rite ce jour-là qui consiste à offrir des figurines de terre cuite sur l’autel de Saturne afin de se protéger soi-même ainsi que les membres de sa famille.





Comment fonctionne la ville durant les Saturnales ?


Il faut savoir que durant cette période très peu de personnes travaillaient à cause du climat. En effet, les paysans délaissaient leurs champs, les nobles ne prêtaient plus attention à l’administration. C’était une période d’arrêt total de la production. Bien que l’administration reprenne après les Saturnales, les paysans ne retournaient à leurs champs qu’à partir du 13 janvier.


Que célèbre-t-on dans les Saturnales ?


Les Saturnales étaient l'occasion pour les Romains de nombreuses réjouissances. L'abondance des futures récoltes, liées à Saturne, y était célébrée ainsi que, comme nous l'avons vu, le solstice d'hiver. Mais d'autres divinités dont les attributions étaient d'aider à traverser les périodes sombres, guérir la douleur et la tristesse, étaient également honorés.